Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Projet dénommé “ la gouvernance des entreprises multinationales et leur responsabilité sociale en Afrique Sub-saharienne  : La part des acteurs locaux”

Pour permettre aux chercheurs de ces différents pays d’avoir une méthodologie, des outils communs pour aller sur le terrain , un atelier de lancement des activités de terrain a lieu du 20 au 22 septembre 2017 dans la salle de la chaire UNESCO de Bioéthique du campus2 de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké.

” C’est un projet qui réuni 3 pays ( Côte d’Ivoire, Bénin et Canada), qui réuni aussi des chercheurs d’horizons divers. Dans ce projet, à un moment donné on doit pouvoir aller sur le terrain et donc collecter les informations puis les analyser.
Et donc comme nous venons de divers pays, il faut que nous nous entendons pour voir ensemble comment on va aller sur le terrain ” , a justifié comme raison de la tenue cet atelier René Sègbènou, directeur de Jinukun, un réseau national béninois pour la gestion durable des ressources génétiques, par ailleurs formateur à cet atelier.
René Sègbènou a ajouté qu’ au cours de ces 3 jours d’atelier, il s’agira d’abord ” de définir ce qu’est une entreprise et surtout la responsabilité sociale des entreprises.
C’est montrer comment les acteurs locaux peuvent influencer, indiquer des normes pour permettre aux entreprises qui interviennent chez nous de ne pas détruire l’environnement, de respecter les normes sociales.
Pour terminer, on fera la formation sur la collecte. Comment collecter, traiter et utiliser les données pour le développement de nouvelles normes et amener les acteurs ( syndicats , travailleurs , population) à prendre conscience de la réalité ” , à affirmé René Sègbènou venu du Bénin.
Ce projet se déroule dans le cadre des activités du Laboratoire d’études sur le Droit et le Développement ( LEDD) de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké , laboratoire dirigé par le professeur Nanga Silué, doyen de l’UFR des sciences, juridiques administratives et de gestion.
” Le projet porte sur la gouvernance des entreprises multinationales mais l’approche nouvelle c’est de mettre l’accent sur les acteurs locaux parce-que depuis longtemps les multinationales s’installent dans des localités comme chez nous dont on ignore tout de la production de leurs activités.
On s’est rendu compte que ce sont ces entreprises qui éditent elles-mêmes leur propre normes.Comment expliquer que celui qui se donne une règle puisse se compromettre avec ses propres règles ?
On s’est rendu compte que ces activités sont dangereuses, on doit donc pouvoir donner la parole à ces acteurs qui doivent pouvoir se prononcer sur ces normes ”, a expliqué professeur Nanga Silué.
Ce sont plus d’une vingtaine de participants qui prennent par à cet atelier avant de partir sur les sites de recherches uniquement du domaine agricole et minier.
Auteur: Donatien Kautcha
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.